Comme nous l’avons dit précédemment, l’instrument le plus commun pour faire de la TCI audio, est le magnétophone.

    Pour avoir plus de précisions quant aux équipements à utiliser, plutôt que de développer, ici, toute une liste qui ne peut être fixe, nous préférons vous en parler directement, lors d’une de vos visites à l’association ou bien lors d’une conférence que donnera l’association. Nous tenterons d’en élaborer une. Si l’un d’entre vous veut nous faire part de son expérience, nous serons heureux de vous écouter avec attention.

Le magnétophone à cassette.

    Beaucoup de personnes, pratiquant la TCI audio, se servent du magnétophone à cassette. Pour ceux d’entre vous qui souhaitent s’y essayer, il faut vous munir d’un magnétophone comme on en voyait encore il y a peu : un magnétophone avec des gros boutons. Les gros boutons sont beaucoup plus pratiques car, lorsque l’on ré écoute ce que l’on vient d’enregistrer, on doit le faire souvent avec beaucoup d’insistance et de patience. On repasse ainsi un passage de une ou plusieurs secondes un grand nombre de fois pour réussir à comprendre ce que l’entité présente à ce moment là a voulu nous dire. Dans la mesure du possible, essayer de trouver un magnétophone équipé d’un réglage de vitesse. Ce que nos défunts nous disent est toujours en débit rapide.

    Ci-dessous, les photos du magnétophone à cassette que nous utilisons lors de séances de TCI audio.

Le magnétophone numérique.

    Depuis peu d’années, dans le domaine de la TCI, le magnétophone numérique rattrape son retard. Il y a plusieurs raisons à cela. La technologie moderne ayant énormément avancée, le numérique est devenu de moins en moins cher. Comme le prix est devenu de plus en plus abordable, on en trouve dans un plus grand nombre de foyer. Nos défunts, dans l’autre monde, continuent, eux aussi, à évoluer et, sont devenus capables de passer par le numérique.

    Quel type d’appareil acheter ?

    Il n’y a pas vraiment d’exigence particulière. Du moins, c’est ce que nous pensons. Nous nous sommes dotés d’un petit dictaphone de poche. Il fonctionne à piles et ne tient pas de place. Il n’est pas plus grand qu’un téléphone portable. Là encore, lorsque vous en serez à écouter votre enregistrement, ne craignez pas d’y passer beaucoup de temps. Il n’est pas rare d’avoir à passer plusieurs heures de décryptage pour seulement 10 à 20 minutes d’enregistrement.

    Ci-dessous, le dictaphone numérique que nous utilisons.

Le micro.

    Quel que soit le type de magnétophone utilisé, il est préférable d’ajouter un micro. Sur n’importe quel type de magnétophone se trouve toujours une prise de type JACK pour brancher un micro. Brancher un micro supplémentaire coupe, isole le micro intégré de votre appareil et c’est le micro que vous avez branché qui prendra la priorité. La plus part du temps, le micro intégré à votre appareil n’est pas assez sensible. N’oubliez jamais que nos défunts, lorsque nous leurs offrons la possibilité de communiquer avec nous, éprouvent eux aussi beaucoup de difficultés à le faire. Quelle que soit la marque du micro, il faut vous équiper d’un micro omnidirectionnel et à électrets. Il faut aussi que ce micro puisse couvrir une gamme de fréquences bien précise et pouvant descendre jusqu’à 80 hertz à 300 hertz. S’il couvre plus, tant mieux. S’il couvre moins, il n’est pas adapté à la TCI.

    Il n’est pas nécessaire de dépenser beaucoup d’argent pour votre micro. Nous avons découvert nous-même que dans les rayons accessoires informatiques des supermarchés, il est possible d’en trouver d’excellents pour des prix tout à fait abordables. D’autant qu’un micro de grande qualité coûte très cher. Le nôtre nous a coûté un peu moins de 10 euros.

    Et pour ceux qui veulent se lancer dans la TCI, ne sachant pas à l’avance s’ils vont obtenir des résultats intéressants, nous leurs conseillons de ne pas faire de dépenses inconsidérées.

    Ci-dessous, le micro que nous utilisons.

Le support .

    Il faut bien comprendre que nos êtres chers ne possédant plus de corps de chair, n’étant plus dans un environnement de matière dense, ne peuvent plus parler comme nous le faisons entre nous. Ils n’ont plus, non plus, de cloison pharyngée qui permet le langage articulé, ni de langue, ni de dents, ni de lèvres, ni d’air à souffler. Bref, tous ces petits détails qui font que nous parlons.

    C’est pour cette raison qu’il nous faut les aider en leur permettant d’utiliser un « support » pour parler. Ce support sera un bruit de fond, dont le volume doit être  relativement faible mais pas trop, et émit durant l’enregistrement.

    Les supports les plus couramment utilisés sont :

    - mettre un poste de radio sur une station en langue étrangère qui ne pourra jamais être confondu avec la nôtre (il existe l’onde de Jürgenson qui semble être propice à la réception de messages paranormaux. Elle est à 1480 KHz en ondes moyennes ou MW),

    - mettre un bruit d’eau qui coule,

    - frotter légèrement du papier avec le doigt ou à l’aide du frottement d’un crayon sur le papier.

    Il est bon, aussi, d’alterner la source de bruit de fond. En France, on utilise plus facilement une radio calée sur une station où l’on parle l’allemand. Notez bien qu’il faut que ce soit une station où l’on parle. De la musique et des chansons sont beaucoup moins intéressantes.

    Nos défunts, ensuite, vont se servir de ce support pour re moduler le bruit et en faire un langage articulé. Et c’est ainsi que nous découvrons, sur notre magnétophone, au beau milieu d’une phrase allemande, un mot, quelques mots, une courte phrase, prononcée en français, et parfaitement intelligible.

    Les conditions d’enregistrement.

    Il y a des conditions d’enregistrement à respecter impérativement.

    - Etre dans une ambiance parfaitement calme, le soir tard, la nuit ou le matin très tôt. La nuit est plus propice car il y a beaucoup moins d’émissions d’ondes magnétiques et la sur activité humaine de la journée n’existe pas.

    -Mettez devant vous une belle bougie blanche, voire plusieurs.

    -Mettez la photo de celle ou celui que vous voulez contacter. Choisissez-en une belle ou la personne fait un beau sourire.

    -Mettez un bâton d’encens. Ca aide à se détendre et nos défunts sentent aussi les odeurs.

    -Etre, soi-même, le plus décontracté possible (nervosité, colère, haine, doute, ainsi que toute autre émotion négative feront que nos être chers ne pourront pas venir jusqu’à nous). Nos défunts doivent abaisser considérablement leur niveau vibratoire pour venir à nous. Lorsque nous sommes dans de bonnes dispositions (amour, joie, sans aucun doute, au calme, détendu), nous élevons, sans nous en rendre compte, notre niveau vibratoire et ainsi, la jonction entre les deux mondes peut s’opérer. Si vous pouvez faire un peu de méditation ou seulement de la relaxation avant une séance de TCI, ça n’en est que mieux.

    -Ne jamais commencer de séance de TCI sans avoir dit une prière à l’intention du guide spirituel de la personne que vous voulez contacter, à l’intention de votre guide spirituel à vous (on en a tous un) et à l’intention de l’entité Divine. Il n’est pas nécessaire de dire trois prières différentes. Une seule suffit. Il n’y a pas vraiment de critères bien précis pour dire cette prière. Elle doit seulement sortir de votre cœur (y mettre de bonnes intentions). Vous la direz avec vos mots à vous, ceux qui parlent bien à vous-mêmes. Ceux qui résonnent bien en vous et avec lesquels vous vous sentez bien.

    -Ne jamais oublier que lorsque vous faites une séance de TCI, vous ouvrez une porte sur l’au-delà. Ouvrir cette porte ne veut pas dire que passeront seulement ceux que vous voulez. Il y a aussi parfois des mauvais plaisants qui ne sont là que pour vous ennuyer ou simplement parce qu’ils ont envie de parler. Nous avons même vécu les insultes avec un langage assez ordurier. Ils sont impressionnants et essaieront de vous impressionner, parfois même de vous faire peur.

    En aucun cas ils ne peuvent y parvenir si vous vous êtes placés sous la protection de votre guide spirituel auparavant. C’est la raison pour laquelle la prière avant la séance est importante.

    -Ne jamais oublier, après la séance de TCI, de remercier chaleureusement votre guide spirituel, le guide spirituel de la personne que vous avez contacté, la personne que vous avez contactée et aussi l’entité Divine sans lesquels cette communication TCI n’aurait jamais pu se faire.

    -Il faut savoir que nos être chers ne sont pas forcément toujours présents au rendez-vous. C’est rare mais ça arrive. Ne soyez pas déçus, s’ils ne sont pas là, c’est qu’ils avaient un autre travail urgent à faire ailleurs et que nous ne sommes pas autorisés à connaître. Par ailleurs, nos êtres chers ne pourront jamais nous contacter s’ils n’y sont pas autorisés par leurs guides spirituels. Rassurez-vous, les guides aussi ne sont qu’amour et, il est rare qu’ils bloquent une communication.

    -Il est important de ne pas appeler nos être chers trop souvent. Ils ne restent pas forcément les mains dans les poches eux non plus. Ils ont beaucoup de choses à faire. Il est complètement inutile de les contacter pour des futilités. Vous prendriez le risque de ne rien obtenir et de ralentir les possibilités de contacts pour les fois prochaines. Et à réclamer les bons numéros pour le loto avec insistance, vous pourriez avoir en communication des entités négatives. Lorsque celles-ci se sont immiscées, il n’est pas facile de leurs faire comprendre qu’elles doivent s’en aller et vous laisser tranquille.

    Ensuite, il n’y a plus qu’à se lancer.

    Voici les conseils de Michel Grandsire (extrait de l’encyclopédie du paranormal de Jean-Pierre Girard).

 Procéder ainsi :

    1-     placez le micro à 1 mètre au minimum du votre magnétophone afin de ne pas enregistrer le bruit du moteur de votre magnétophone, ni d’effet de larsen.

    2-     recueillez-vous. Concentrez-vous sur le résultat que vous désirez obtenir. Les croyants peuvent prier, bien sûr.

    3-     enregistrez pendant un temps relativement court (environ 5 à 10 secondes pas plus), en prenant soin de mettre le support sonore en marche.

    4-     arrêtez le support. Ré écoutez la portion de bande que vous avez enregistrée. Soyez très attentif car les sons paranormaux sont brefs, difficiles à interpréter. N’hésitez pas à ré écouter la bande au ralenti mais évitez de vous fatiguer à cet exercice. En effet, au bout d’un certain temps, on finit par entendre ce que l’on désire, en toute bonne foi.

    5-     si vous en avez la possibilité, filmez la séance en vidéo et regardez ensuite ce qui s’est passé. Vous serez surpris de constater que certains bruits émis par les participants sont souvent confondus avec les voix paranormales : un toussotement ; une voiture qui passe ; le frottement d’une manche sur un siège ou une table…

    Les conditions de ré écoute de l’enregistrement.

    Il est nécessaire, si vous écoutez votre enregistrement sur un ordinateur, d’être équipé de haut-parleurs de bonne qualité et pouvant descendre dans la gamme des 50 hertz.

    Il est possible de traiter l’enregistrement, que l’on vient de faire, sur un ordinateur. Il suffit de le transférer. Pour cela, nous vous indiquerons comment faire lorsque nous nous verrons. Il y a divers logiciels de traitement de son et qui ne sont pas très chers (Audacity en est un que l’on peut télécharger gratuitement). Il faut un logiciel de traitement de sons qui puisse ébruiter, filtrer et aussi, et c’est important, de ralentir la vitesse à l’écoute.

    Si l’on écoute son enregistrement directement à partir du magnétophone (à cassette ou numérique), alors un variateur de vitesse est très utile. Il faudra s’armer d’une grande patience et d’une grande ténacité.